Etudier l’îlot de chaleur urbain grâce aux véhicules connectés

L’îlot de chaleur urbain
Avec la densification des villes et la croissance urbain, une grande partie de la population est exposée à ce qu’on appelle l’îlot de chaleur urbain. Ce phénomène caractérisé par des températures plus élevées en ville qu’à la campagne à proximité est une préoccupation majeure de nos sociétés dans un contexte de changement climatique car l’îlot de chaleur urbain influe sur la santé et le confort thermique des habitants. Afin d’y faire face, urbanistes et décideurs ont besoin de données climatologiques précises pour proposer des solutions d’adaptation et d’aménagement adéquates.
 
Améliorer les observations pour mieux représenter l’îlot de chaleur urbain
Il est toutefois difficile et coûteux de déployer, en ville, des réseaux de mesure à fine échelle. Les climatologues utilisent ainsi de plus en plus de données collectées par la population elle-même (données dites “crowdsourcées”). Une nouvelle étude menée par des chercheuses et chercheurs du CNRM (Météo-France/CNRS) en partenariat avec plusieurs laboratoires qualifie la pertinence et la fiabilité d’une nouvelle source de données issues des thermomètres de véhicules connectés. Les températures sont mesurées par des sondes placées sous les rétroviseurs ou sous le pare-choc avant.
L’étude compare la fiabilité de ces mesures à celles issues de réseaux météorologiques urbains comme à Rennes et Dijon. Elle montre que l’on obtient avec les véhicules connectés des données très proches de celles obtenues par des réseaux de mesure professionnels. Par cette méthode, le système d’observation est densifié et la cartographie à très fine échelle d’îlot de chaleur urbain de zones jusqu’alors non explorées devient possible. Cela permet d’améliorer l’identification des facteurs favorisant ou inhibant le phénomène d’îlot de chaleur urbain.
Les données collectées à l’été 2018 dans l’ensemble de l’Europe ont, par exemple, permis de visualiser l’effet du relief sur les températures mais également l’effet refroidissant des parcs. Cette nouvelle méthode permettra de mieux évaluer la capacité des modèles météorologiques à représenter l’effet d’îlot de chaleur et ainsi d’aider à mettre en place des mesures de prévention appropriées.


Îlot de chaleur nocturne médian lors d’une vague de chaleur à Paris du 01/08/2018 au 09/08/2018 à 200 m de résolution spatiale. Les observations provenant de véhicules roulant à moins de 10 km/h ne sont pas prises en compte.
 
Référence de l’étude (open access) : Marquès, Eva, Valéry Masson, Philippe Naveau, Olivier Mestre, Vincent Dubreuil, and Yves Richard : Urban heat island estimation from crowdsensing thermometers embedded in personal cars, Bulletin of the American Meteorological Society, https://doi.org/10.1175/BAMS-D-21-0174.1, 2022.

 
Voir également :
https://meteofrance.fr/actualite/actualite-de-meteo-france/recherche-etudier-lilot-de-chaleur-urbains-grace-aux
et
https://www.insu.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/etudier-lilot-de-chaleur-urbain-grace-aux-vehicules-connectes