campagne Drone EUREC4A

 Présentation

La campagne internationale EUREC4A (Elucidating the role of clouds-circulation coupling in climate) co-dirigée par Sandrine Bony, du CNRS, et Bjorn Stevens, de l’Institut Max Planck, en partenariat avec David Farrell, de l’Institut pour la météorologie et l’hydrologie des Caraïbes, se penchera pendant un mois sur les cumulus d’alizés au large de la Barbade (Caraïbes).
Ces petits nuages de beau temps intéressent grandement les climatologues : du fait de leur omniprésence dans les Tropiques, un léger changement de leurs propriétés pourrait avoir des conséquences importantes sur le climat.

L’objectif de cette campagne est donc d’étudier les processus de formation des nuages des régions tropicales, qui constituent la principale source d’incertitude pour les estimations du réchauffement climatique à venir.
Pour cela, il est nécessaire d’observer les propriétés des nuages, mais aussi celles de l’environnement dans lequel les nuages se forment. Il faut notamment caractériser la variabilité des grandeurs thermodynamiques et dynamiques au voisinage de la surface océanique, sous la base des nuages (c’est à dire dans une couche atmosphérique d’environ un kilomètre au-dessus de la surface).
Cette caractérisation devra se faire en même temps que les vols des différents avions de recherche impliqués dans la campagne (ATR42 de SAFIRE, HALO du DLR, Twin Otter du BAS, P3 de la NOAA), dans la même zone d’étude (au dessus de l’océan au large de l’île de Barbados), et avec le maximum de recouvrement temporel (entre 4 et 8h de vol par jour).

Pour cela, le drone de de Météo-France (conçu, opéré et maintenu par la société Boréal), sera utilisé grâce à sa grande endurance (10h), au fait qu’il soit équipé d’un transpondeur (ce qui le rend visible dans le trafic aérien et maritime), sa capacité à voler à basse altitude et bien entendu grâce à ses capteurs atmosphériques embarqués (température, humidité, vent, nombre et la taille des aérosols, rayonnement, température de la mer et hauteur des vagues ) pour étudier l’interface entre océan et atmosphère.

Aussi le drone Boréal est équipé du même équipement ‘Planet’ que les avions de recherche francais et allemand (ATR42et HALO) permettant de géolocaliser le drone en temps réel et de communiquer sa géolocalisation aux avions et bateaux de la campagne.

 Journal de campagne

 dernière semaine du 10 au 16 février

Le délai trop court n’a pas permis d’achever le diagnostic du problème technique et de déployer en toute sécurité le second drone. Le bilan reste très positif avec 10 vols effectués en 3 semaines d’opérations, ce qui correspond à 33h d’opération et 3000 km parcourus. .

Et ce fut une inoubliable aventure humaine ....

Dimanche 09 février :
Perte du drone Boréal en mer après 5h45 alors qu’’il était de retour à la base à environ 12 miles nautiques à l’est de la Barbade. Une analyse est en cours.
Les opérations sont suspendues jusqu’à ce que la cause de la panne soit identifiée.
L’équipe est à pied d’œuvre pour préparer le second drone et sa charge utile.

vendredi 07 février :
Vol interrompu en raison de problèmes techniques sur le CU.

Mercredi 05 février : Décollage à 06:30 LT.
Temps instable avec des averses, les images de Poldirad ont été très utiles.
Le vol a été interrompu après le premier cercle à 400m en raison d’un problème de communication satellite et d’un problème avec un capteur (dû à la pluie).
De retour et asséché, décollage pour un autre vol vers 1230LT avec deux cercles à 400m et 50m plus une étape à 1000m à travers les nuages et une autre étape à 50m avant de revenir.
Nombre total d’heures de vol = plus de 7 heures.
Prochain vol prévu pour vendredi (décollage 09LT).

 semaine du 27 janvier au 2 février

Dimanche 2 février
décollage à 8h30LT devant 20 personnes (journée portes ouvertes).
Vol de 5h45/ 565km avec 4 cercles à 400m, 100m, 50m 700m d’altitude.
Fonctionnement nominal du CPC pendant toute la durée du vol. Durée totale 5h45 pour environ 600km.

Journée portes ouvertes

équipe Boréal de gauche à droite : Pierre SERRES Michel GAVART, Frédéric GLORIEUX, Christophe MAZEL

Samedi 1er février
vol test concluant suite à la réparation mécanique (accouplement génératrice)

vendredi 31 janvier
Troisième vol scientifique interrompu en raison d’un problème technique (accouplement génératrice). Réparation en cours chez un tourneur-fraiseur local puis tests prévus samedi 1er février.

Organisation d’une journée PORTES OUVERTES à Mogan Lewis le dimanche 2 février de 9h à 12h.

open house FLYER

mardi 28 janvier
deuxième vol scientifique de 4h20 (430km) avec un premier cercle (R=16km) à 400m d’altitude, un deuxième à 100m et la moitié d’un troisième à 700m et un profil vertical entre la surface et 1000m.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

 semaine du 20 au 26 Janvier

Le matériel doit être livré au CIMH. Mardi est jour férié /fête nationale à La Barbade.
Jeudi 23 Janvier : après de nombreuses péripéties ..., une grande partie du matériel est enfin sortie de la douane barbadienne.
Le loueur des container, UPLANDS RENTALS INC., très conciliant et réactif, a mis immédiatement à disposition un camion pour transporter le matériel jusqu’au site des opérations à Morgan Lewis.

Toute l’équipe est désormais mobilisée pour rattraper le temps perdu, et essayer de faire le premier vol le plus rapidement possible...

Vendredi 24 Janvier : préparation, intégration de la charge utile, centrage.

Samedi 25 Janvier :
premier vol test de 1h30 (142 km) à Morgan Lewis réussi. Fonctionnemet nomimal du drone et de la charge utile scientifique.
Problèmes récurrents avec le groupe électrogène loué.

Dimanche 26 Janvier :
Premier vol scientifique du Boréal réussi de 2h50 (286km).
Vol sur un cercle d’un rayon de 20 km autour du Centre Boréal (sur la ligne entre le BCO et le cercle de Halo, 13.1929°N, -59.0651W) à 40 km de Deebles à différentes altitude (à 400m AMSL puis 100m).
Retour anticipé en raison d’un problème avec le générateur. dernier profil jusqu’à 1000m et descente à 50m.

premier vol scientifique le dimanche 26-01

Grâce à son transpondeur, le drone Boréal est visible sur le radar de l’avion de recherche Twin-otter qui effectue également des profils basse altitude.

radar Twin-otter

 semaine du 13 au 19 Janvier

Arrivée progressive de l’équipe sur place, logement sur la côté Est à Bathsheba sur la côte Est, prospection de magasins et achat du matériel première nécessité (carte SIM...). Visite des 2 dites potentiels Morgan Lewis et Cove Bay.
Nombreux échanges avec le CIMH pour sortir notre matériel de la douane.

MERCREDI 15 : choix du site des opérations
Le site de Cove Bay présente beaucoup d’inconvénients (présence de vaches, vent plus turbulent en raison de la falaise d’environ 60m, léger dévers sur zone d’atterissage, présence de cailloux sous l’herbe, passage possible de pick-up et Randonneurs sur le chemin central, terrain non privatisé/non surveillé).
Bref l’option Morgan Lewis est retenue unanimement comme site des opérations drone.

visite Morgan Lawis
Cove Bay

Vendredi 17 janvier : location de groupe électrogène 9 kw et livraison/installation des 3 containers à morgan Lewis.

 décembre 2019 : Envoi du matériel

  • OT200 (LTA 020-21200270) à Arrivée à BGI le 13/12, les documents d’arrivée ont été envoyés au broker du destinataire pour dédouanement
  • OT208 Temporaire (LTA 020-21200281) à Arrivée à BGI le 16/12, les documents d’arrivée ont été envoyés au broker du destinataire pour dédouanement
  • OT198 Temporaire (LTA 810-86859474) à Arrivée à BGI le 24/12 matin
  • OT209 Temporaire (LTA 020-21200292) à Arrivée à BGI le 25/12 après-midi

Portfolio