GMEI - Drones compteurs de particules - Campagne CERDANYA

Projet Drone MIRIAD : tests de compteur de particules

Une petite formation du CNRM (Greg Roberts, Radiance Calmer et Fabrice Julien) s’est rendue 2 jours en décembre sur une plage du Médoc pour effectuer des essais instrumentaux dans le cadre du projet MIRIAD.

L’objectif était de tester, à l’aide de drones léger de type X6 (avant une intégration dans le drone Boréal) la future instrumentation du CNRM : un compteur de particules OPC couplé à assécheur pour détecter et échantillonner la couche limite des aérosols marins. 5 vols de type cylindre de 5 à 150m d’altitude ont été réalisés dans la zone de Monthalivet qui a spécialement été réservée pour l’occasion.

Ces vols se sont révélées très concluants et prometteurs : les conditions météorologiques ont rendu les opérations difficiles (jusqu’à 12 m/s de vent) mais se sont révélées idéales pour nos tests avec une mer forte et de nombreux embruns. La couche limite des aérosols marins a été observée avec un fort gradient en fonction de l’altitude et de la distance à la côte. Aussi ce jeu de données, assez singulier dans le domaine, laisse espérer une exploitation plus ambitieuse que prévue.

Pour la suite du projet MIRIAD :
En 2017, cette instrumentation sera intégrée dans le drone Boréal du CNRM puis couplée avec l’instrumentation du laboratoire d’aérologie (mesure de flux).
La campagne finale aura lieu en 2018.

GMEI - Campagne CERDANYA

GMEI a commencé à déployer ses moyens dans les Pyrénées sur le plateau Cerdan dans la cadre de la campagne Cerdanya-2017. Réalisée en partenariat avec l’Université des Iles Baléares, l’Université de Barcelone et le service météorologique catalan, cette campagne est dédiée aux écoulements stables (couche limite stable, ondes orographiques) et aux précipitations orographiques dans cette vallée particulière des Pyrénées. GMEI s’intéresse en particulier aux écoulements stables et à leur dynamique à fine échelle au cœur de la vallée d’une dizaine de kilomètres de large.
Cette semaine, l’équipe LISA a installé son lidar vent scannant sur la tour de contrôle de l’aérodrome local situé au milieu de la vallée avec l’aide remarquable de STAR. Avec une portée d’environ 4 à 5 kilomètres, une résolution horizontale de 100 m et une résolution verticale qui peut être meilleure que 10 m, le lidar va explorer la dynamique complexe de la vallée jusqu’au printemps prochain. L’équipe 4M a également déjà déployé huit stations de surface sur la dizaine prévue dont l’une mesure les flux turbulents entre le sol et l’atmosphère. D’autres instruments seront prochainement installés dont un profileur UHF et un radiomètre microonde. Des vols de drone sont également prévus par MNPCA en janvier-février 2017.