Marée interne : du laboratoire à l’océan

Ces ondes sont visibles depuis l’espace parce que leurs crêtes sont en intersection avec la surface de l’océan. Les océanographes ont commencé à s’intéresser aux ondes internes en 1975, lorsque ces dernières ont été photographiées dans le Mer des Andaman par les astronautes de la mission Apollo-Soyuz.

Dans l’océan, comme dans l’atmosphère, les ondes de gravité internes ont un impact sur la circulation à grande échelle et la structure en densité. S’il est aujourd’hui clair que ces ondes ont un rôle important sur la circulation thermohaline, de nombreuses questions restent ouvertes concernant la génération, la propagation et le déferlement des ondes internes.
Une partie importante du mélange turbulent permettant d’assurer la remontée des eaux profondes formées aux hautes latitudes serait associée à ces ondes. Notre objectif est de quantifier précisément l’ensemble du bilan d’énergie de la marée interne générée sur une dorsale océanique, en s’appuyant sur des outils de modélisation numérique développés au Laboratoire d’Aérologie et de simulation hydraulique au CNRM-GAME.

Ces travaux s’inscrivent dans une thématique clé des activités de recherche menées dans l’équipe de simulation physique (SPEA) du CNRM-GAME : l’étude des ondes internes générées sur une topographie dans l’atmosphère et dans l’océan. Ils participent au développement d’approches mixtes simulation hydraulique et modélisation numérique pour la recherche en mécanique des fluides géophysiques appliquée aux écoulements atmosphériques et océaniques.

Canal utilisé pour les expériences
Mont gaussien bi-dimensionnel utilisé pour les expériences
Modification de la stratification en densité vue par la méthode Schlieren Synthétique
Modification du champ de vitesse vue par PIV